Partenaires

Sorbonne Paris IV CNRS


Rechercher

Sur ce site

Sur le Web du CNRS


Accueil du site > Publications > Parutions 2013

Cahiers Léon Tolstoï 24
Autour de Guerre et paix  : la campagne de Russie

publié sous la direction de Michel AUCOUTURIER

Ce cahier réunit les communications présentées le 8 décembre 2012, lors de la journée Tolstoï 2012, dédiée au deuxième centenaire de la campagne de Russie de Napoléon.

Marie-Pierre REY montre l’abondance et la diversité des sources utilisées par le romancier, puis examine tour à tour son exactitude historique et les partis-pris qui font de Guerre et paix une œuvre engagée. Ilya PLATOV étudie la façon dont le champ de bataille de Borodino est devenu progressivement un lieu de mémoire, à la vaste signification nationale, idéo - logique et religieuse, et un lieu de commémoration dédié au souvenir des morts. Gérard ABENSOUR étudie le roman historique d’un précurseur de Tolstoï, Zagoskine, auteur de Roslavlev, ou les Russes en 1812. Vera MILTCHINA présente les dépêches diplomatiques du maréchal Maison, ambassadeur en Russie du gouvernement de Louis-Philippe, froissé par les allusions hostiles à la France lors des cérémonies du vingtième anniversaire de la victoire russe de 1814, puis de l’anni - versaire de Borodino en 1839. Michel NIQUEUX montre comment l’incendie de Moscou de 1812 a été représenté avant Tolstoï par les romanciers Zagoskine et Zotov. Louis BERGES analyse l’image de la campagne de Russie dans l’œuvre de Balzac. Enfin André LISCHKE étudie la représentation de la campagne de Russie dans l’opéra que Prokofiev a tiré de Guerre et paix.


- 10 € - ISBN 978-2-7204-0522-8


- Commande


Miłosz et la France

Publié sous la direction de Maria Delaperrière

La France a joué un rôle décisif dans l’épanouissement intellectuel et artistique de Czesław Miłosz. Dans les années trente, Paris sera pour lui un lieu d’initiation poétique et vingt ans plus tard, c’est à Paris également qu’il annonce sa décision de rompre avec le régime communiste : il y restera dix ans, jusqu’en 1961, et y vivra une profonde métamorphose idéologique qui s’exprimera dans des œuvres majeures : La Pensée captive, La Prise du pouvoir, Une autre Europe.
Or, en dépit de la durée et de l’intensité de sa présence en France, en dépit de son imprégnation de culture française et de sa participation à la vie intellectuelle française dans les années cinquante, en dépit enfin du prix Nobel de littérature en 1980, venu couronner une œuvre à la fois ample et profonde, Czesław Miłosz n’a touché qu’une partie assez restreinte des lecteurs français.

Le présent ouvrage, consacré au rapport entre Miłosz et la France, est le premier qui cherche à faire découvrir un Miłosz « français », à travers ses premières rencontres poétiques, notamment avec Oscar V. de Lubicz Miłosz, à travers les amitiés qu’il a nouées avec des écrivains ou des philosophes éminents comme Jacques Maritain, Albert Camus, Jeanne Hersch, Hanna Arendt, sans parler de son admiration pour la pensée de Simone Weil.
Ce volume rappelle aussi les drames existentiels qu’il a vécus, ses choix politiques, idéologiques ou spirituels inextricablement liés à la France, patrie de choix, qu’il a aimée d’un amour souvent sans réciprocité, mais sans jamais se départir d’un sentiment de profonde gratitude, comme ille rappelle dans son Abécédaire (1997) :

« Éprouvant de la rancune pour avoir été éconduit, de la gratitude pour ce que la culture française m’a apporté, de la gratitude aussi envers quelques personnes et de l’attachement pour quelques rues de Paris et certains paysages, j’ai des sentiments ambivalents à l’égard de ce pays. »


- 22 € - ISBN 978-2-7204-0520-4


- Commande


La revue russe 41
Que reste-t-il de l’Union soviétique dans la Russie d’aujourd’hui ?

publié sous la direction de Pascale MELANI

SOMMAIRE

In memoriam Jacques Catteau, par Véronique Jobert

In memoriam Guy Verret, par ses anciens étudiants et collègues

Avant-propos, par Véronique Jobert





Que reste-t-il de l’Union soviétique dans la Russie d’aujourd’hui ?

Introduction, par Pascale Melani

Les vestiges soviétiques dans le discours politique russe contemporain, par Valéry Kossov

La tradition soviétique des subbotniki dans la biélorussie de Loukachenko, par ronan Hervouet

Les écrivains dans l’espace post-idéologique : le « soviétique » comme phénomène dans le débat sur l’art et la littérature, par Nikolaï Alexandrov

La « grande » tradition culinaire russe, par Katia Metelizza

Entre le tragique et le comique de la vie quotidienne : l’anecdote comme fait culturel russe du XXe siècle, par Svetlana Moskvitcheva

L’enfance soviétique : souvenir ou mythologie ?, par Natalia Noussinova

Linguistique

Les mots russes de la culture matérielle : les ambiguïtés du dualisme « mot d’origine slave » / « mot occidental », par Sergueï Sakhno

Traduire natural selection en russe en 1864, une interprétation de l’Origine des espèces, par Clément Némirovsky

Nous avons vu

La russie invitée d’honneur d’Art Paris Art Fair : un événement en demi-teinte, par Alice Cazaux et Natasha Milovzorova

La Maison aux Personnages (2009) d’Ilya et Emilia Kabakov, par Alice Cazaux

Nous avons lu

  • Littérature

Кристи ЭКонен [Kristi èKonen], Творец, субъект, женщина : стратегии женского письма в русском символизме [Tvorec, sub′′ekt, ženščina : strategii ženskogo pis′ma v russkom simvolizme], par Olga Blinova

I.V. stoljarova, Na puti k preobraženiju. Čelovek v proze N.S. Leskova [Sur le chemin de la transfiguration. L’homme dans la prose de N.S. Leskov], par Catherine Géry

Bibliographie

Ouvrages en français sur le monde russe parus de mai à novembre 2013, par Michel Niqueux


- 16 € - ISSN 1161-0557


- Commande


Écrire et réécrire l’histoire russe
d’Ivan le Terrible à Vasilij Ključevskij

Publié sous la direction de Pierre Gonneau et Ecatherina Rai

L’arbre de l’histoire russe est enraciné dans le terreau des chroniques qui, du XIIe au XVIe siècle, se constituent et se complètent. il est planté à Moscou, par les soins du métropolite, chef de l’Église russe, à l’époque où ivan le Terrible se fait couronner tsar. Le Livre des degrés de la généalogie impériale, à la fois Échelle sainte et Arbre de Jessé, est le prototype de l’histoire russe, sa première Grande narration. Critiquée, parfois reniée, elle n’est jamais oubliée.
À partir du XVIIIe siècle, de nouvelles branches poussent avec des historiens tels que Vasilij Tatiščev, Nikolaj Karamzin, Sergej Solov ́ev, sans oublier les femmes, comme Aleksandra Efimenko. Vasilij Ključevskij, enfin, marque symboliquement le terme de l’Ancien Régime avec son Cours d’histoire russe qui finit de paraître à la veille de la Première Guerre mondiale.

Pendant ce temps, la galerie des héros de l’histoire russe s’est remplie. Aux côtés de Prus et Rjurik, ancêtres mythiques, et de saint Vladimir, qui a baptisé la Rus ́, se tiennent Sophie Paléologue, Vasilij III, Boris Godunov ; Dmitrij, le tsarévitch immolé, les cosaques Ermak Timofeevič et Sten ́ka Razin, Pierre le Grand et Catherine II. Ivan le Terrible occupe une place à part, à la fois acteur de l’histoire et personnage dramatique, inspirant écrivains, peintres et cinéastes.

Ce livre retrace, à travers des études de cas, le travail de Pénélope d’écriture et de réécriture de l’histoire russe depuis le milieu du XVIe siècle jusqu’à la veille de la Révolution.


- 28 € - ISBN 978-2-7204-0521-1


- Commande


Mosaïque slave
Revue des études slaves, tome LXXXIV (2013), fascicule 1-2


Communications de la délégation française

au Congrès international des slavistes Minsk, 20-27 août 2013

sous la direction de Véronique JOBERT






ANDJELKOVIC Sava, Les motifs du chant populaire le Dîner du prince dans la pièce de Ljubomir Simović la Bataille de Kosovo
The Motifs of the Folk Song The Prince’s Dinner in Ljubomir Simović’s Play The Battle of Kosovo (p. 9)


ARMIANOV Gueorgui, La langue bulgare et la transition politique ou La langue en transition (1989-2013)
The Evolution of the Grammatical and Lexical System of the Bulgarian Language Since 1989 (p. 25)


ARTYUSHKINA Olga, Le discours indirect libre dans le continuum des formes du discours rapporté en russe : pour une approche énonciative et pragmatique du phénomène _ Free Indirect Speech in the Continuum of Forms of Reported
Speech in Russian : Towards an Enunciative and Pragmatic
Approach to this Phenomenon (p. 43)


AUTANT-MATHIEU Marie-Christine, Les palimpsestes du théâtre de Čexov ou La réécriture comme miroir des mutations de l’Union soviétique-Russie
Palimpsests of Čexov’s Drama or The Rewriting as a Mirror of Soviet Union-Russia’s Mutations (p. 57)


BERNITSKAÏA Natalia, ROUDET Robert, Ромашки спрятались, поникли лютики : Analyse des structures Sujet – Verbe / Verbe – Sujet en russe contemporain
Ромашки спрятались, поникли лютики : Analysis of the Subject- Verb / Verb-Subject Constructions in Contemporary Russian Language (p. 71)


BRACQUENIER Christine, Circonstants et spécifiants : vers une nouvelle analyse sémantico-syntaxique de la phrase russe
Adverbials (‘Circonstants’) and Specifiers : To a New Semantic and Syntactic Analysis of the Russian Sentence (p. 85)


GUENTCHÉVA Zlatka, La médiativité dans les proverbes bulgares
Mediativity in Bulgarian Proverbs (p. 101)


JOBERT Véronique, Pratique du multilinguisme dans une correspondance privée russe au XXe siècle : formes et fonctions
Multilingual Correspondence from Soviet Russia in the 1920s and 30s : Forms and Functions (p. 123)


KABAKOVA Galina, L’anatomie naïve dans les langues slaves : le système digestif
Naive Anatomy in Slavic Languages : The Digestive System (p. 137)


LAVROV Aleksandr, Le dur métier de montreur d’ours : les plaintes et les dépositions des baladins russes (skomoroxi) comme source historique
The Hard Work of Bearleader : The Petitions and Testimonies of Skomoroxi as Historical Source (p. 155)


MILADI Lidia, La deixis et la construction de la mise en relief dans les proverbes polonais Deixis and Construction of Emphasis in Polish Proverbs (p. 169)

PEJOSKA-BOUCHEREAU Frosa, De l’oralité à l’écriture : la poésie orale dans le théâtre macédonien « du quotidien »
From Orality to Literature : Oral Poetry in the Macedonian Theatre of the ‘Quotidian’ (p. 185)


STEFANOVIC Aleksandar, L’approximation par les numéraux en bosniaque, croate, monténégrin, serbe (BCMS)
Approximation by Numerals in BCMS (Bosnian-Croatian- Montenegrin-Serbian) Language (p. 203)


SYMANIEC Virginie, La construction idéologique slave orientale : langues, races et nations dans la Russie du XIXe siècle
The Eastern Slavic Ideological Building : Languages, Races and Nations in the Nineteenth Century Russia (p. 223)


THOMAS Paul-Louis, Pour une grammaire commune du BCMS (bosniaque – croate – monténégrin – serbe)
For a Common BCMS (Bosnian-Croatian-Montenegrin-Serbian) Grammar (p. 235)


VRINAT-NIKOLOV Marie, Revisiter l’histoire et le canon littéraires bulgares : Quelle histoire littéraire de la Bulgarie ?
The Task of Reconsidering Bulgarian History and Literary Model : What Kind of Bulgarian Literary History ? (p. 253)

INÉDITSCHRONIQUE BIBLIOGRAPHIQUE

- 48 €


- Commande


Evgenij Polivanov : Penser le langage au temps de Staline

publié sous la direction de Sylvie Archaimbault et Sergueï Tchougounnikov

L’ouvrage rassemble une série d’articles consacrés aux diverses facettes de l’œuvre d’Evgenij Polivanov (1891-1938), linguiste prolifique et personnage exceptionnel.

Il fut tout à la fois théoricien de la linguistique générale et de la sociolinguistique, polyglotte maîtrisant une soixantaine de langues, spécialiste, entre autres, du japonais, du chinois, de l’ouzbek et autres langues turkes, déchiffreur des accords secrets du gouvernement du tsar pendant la guerre de 1914-1918, adjoint au commissaire du peuple aux Affaires étrangères chargé de la section d’Orient, rédacteur en chef du premier journal communiste publié à Saint-Pétersbourg en chinois, membre du parti bolchevik dès 1919, responsable de la division de l’Extrême-Orient du Komintern à Moscou, traducteur de poésie chinoise classique, membre actif de l’OPOJaZ, créateur d’alphabets, antimarriste, fusillé dans les prisons staliniennes.


- 24 €

- Commande


1812, la campagne de Russie Histoire et représentations
Revue des études slaves, tome LXXXIII (2012), fascicule 4

sous la direction de Marie-Pierre REY

Introduction, par Marie-Pierre Rey (p. 941)

ARTICLES

RJÉOUTSKI Vladislav, Les « Français russes » à Moscou en 1812 : images de l’ennemi et destin d’une communauté d’émigrés
The “Russian French” in Moscow in 1812 : Images of the Enemy and Destiny of an Emigrant Community (p. 945)


ISKYUL Sergey, 1812 : Saint-Pétersbourg en danger
1812 : « Let Petersburg be empty » ? (p. 961)


JANKAUSKAS Rimantas, Inciderunt itaque in fossam quam sibi ipsi fecerunt : Mass Grave of Napoleon’s Soldiers in Vilnius, December 1812
Inciderunt itaque in fossam quam sibi ipsi fecerunt : La fosse commune des soldats de Napoléon à Vilnius, décembre 1812 (p. 981)


REY Marie-Pierre, La Russie et les Russes dans les écrits des prisonniers de la Grande Armée : une approche comparée
Russia and the Russians in the Memoirs of Prisoners of Napoleon’s Grande Armée : A Comparative Approach (p. 993)


GOUBINA Maya, Les vainqueurs et les vaincus : découverte mutuelle : découverte mutuelle : les Russes en France (1814-1818)
Winners and Losers : Making Acquaintance : The Russians in France (1814-1818) (p. 1011)


HANTRAYE Jacques, Le camp de Vertus : un épisode révélateur des relations entre la Russie et les autres puissances européennes, septembre 1815
The Camp of Vertus : A Revealing Episod of the Relationships Between Russia and the Other European Powers, September 1815 (p. 1023)


PARSAMOV Vadim, Ж. де Местр, Ж. де Сталь и Г. Ф. Фабер : о характере войны 1812 года J. de Maistre, G. de Staël and G. F. Faber About the Russian Campaign of 1812 (p.1035)

PETITEAU Natalie, La campagne de Russie de 1812 : mythes et réalités The Russian Campaign : Myths and Realities (p.1047)

TCHOUDINOV Alexandre, L’image de Napoléon dans la culture populaire russe au XIXe siècle
The Image of Napoleon in the 19th Century Russian Popular Culture (p. 1061)


ZEMTSOV Vladimir, Крест Ивана Великого московского Кремля : деконструкция двух национальных мифов
The Cross on Top of Ivan the Great Bell Tower in the Moscow Kremlin : Two Centuries of National Myths (p. 1071)


WORTMAN Richard S., 1812 in the Evocations of Imperial Myth
1812 dans les mises en scène du mythe impérial (p. 1091)



- 28 €



- Commande


Aleksander Wat sur tous les fronts

Publié sous la direction de Maria Delaperrière

Éminent poète et écrivain polonais d’origine juive, Aleksander Wat (né en 1900) est l’une des figures les plus fascinantes de la vie littéraire et politique de la Pologne du XXe siècle. À vingt ans à peine, il s’affirme au sein de l’avant-garde futuriste et plus tard rejoint le groupe des écrivains communistes. En octobre 1939, il se réfugie à Lvov (L’viv), mais arrêté par le NKVD, il est incarcéré successivement à Kiev, Moscou, puis Saratov. À la suite des accords entre Staline et le gouvernement polonais en exil, il est amnistié et transféré à Alma-Ata au Kazakhstan. Refusant la « passeportisation » soviétique, il se voit assigner à résidence.

Rentré en Pologne en 1946, il est confronté à de nouveaux choix, prend la route de l’exil et en 1959 se fixe en France. Son amour de la vie, ses voyages, ses contacts, sa fascination pour la culture européenne nourrissent en lui une créativité exceptionnelle. Une maladie incurable et particulièrement douloureuse le pousse à mettre fin à ses jours en 1967.

Fruit de cette existence tourmentée et du chaos de l’Histoire, son oeuvre, puissante et multiforme, appelle à une réflexion approfondie et exigeante.

Comment éclairer la diversité de sa pensée pluriculturelle ; comment aborder ses contradictions idéologiques ; comment saisir dans ses écrits la trace de ses expériences, de sa métaphysique personnelle, imprégnée de judaïté et de christianisme ?

Son œuvre poétique, ses récits, ses mémoires, sa correspondance, les témoignages de ses proches, sont tour à tour convoqués pour faire vivre son combat de tous les instants et sur tous les fronts…


- 20 €


- Commande


Stanislas Auguste dernier roi de Pologne
Collectionneur et mécène dans l’Europe des Lumières

Publié sous la direction de Małgorzata Maria Grąbczewska

En France puis en Pologne, l’année 2011 fut le théâtre de deux expositions importantes consacrées à Stanislas Auguste, figure fascinante dans l’Europe de la fin du XVIIIe siècle ; l’une au musée national du palais de Compiègne présenta le roi Stanislas Auguste, en tant que collectionneur et mécène, la seconde au château royal de Varsovie se concentra plus particulièrement sur le rôle du dernier roi de Pologne dans toutes ses activités, politique, économique, sociale et artistique.

Le colloque, organisé à Paris le 29 avril 2011 à l’INHA, avait pour ambition d’élargir la vision que l’historiographie avait laissée de ce roi, largement contesté au XIXe siècle, et de montrer combien ce monarque éclairé, si proche culturellement de ses voisins, fut à l’origine notamment de la première constitution d’une nation européenne en 1791. Des contributions d’historiens et d’historiens d’art rappellent le climat politique et social dans lequel Stanislas Auguste a été élu puis dans lequel il a régné. Son éducation artistique, durant ses années de jeunesse, le marquèrent profondément et plusieurs essais furent consacrées à sa formation, à ses relations avec les artistes et à son goût profond pour les arts qui en fit un des grands collectionneurs de la fin du XVIIIe siècle et l’un des grands mécènes laissant en héritage à la Pologne œuvres d’art et décors intérieurs réalisés par les plus grands artistes de l’époque.

ISBN 978-2-7204-05000-6, 150 p.


- 16 €


- Commande


La Revue russe
La fabrique du « soviétique » dans les arts et la culture
Construire /Déconstruire l’homme nouveau (avant 1953)

Introduction, Au creuset d’une vie nouvelle, par Marie-Christine Autant-Mathieu .
Une recherche diversifiée et complexe, par Cécile Vaissié

Problèmes de définition
Réflexions terminologiques, par Ludmila KastLer et Svetlana Krylosova

Russie /U.R.S.S. : quels héritages culturels ?
La « soviétisation » des héritages du XIXe siècle : l’exemple de Nikolaï Leskov (Lady Macbeth du district de Mtsensk), par Catherine Géry .
L’Antiquité classique : à prendre ou à laisser, par natalia Gamalova


Former, (ré)éduquer
La fabrique du soviétique à travers le quotidien d’une famille de ci-devant, par Véronique Jobert
La Fabrique des hommes nouveaux (1935) d’Alia Rachmanova ou la « nouvelle morale » mise en échec, par Michel Niqueux
La commune de bolchevo (1924-1938) ou la fabrique de l’homme nouveau, par Josette Bouvard

Les constructeurs d’un monde nouveau
Des communautés artistiques de la période prérévolutionnaire au « kollektiv » durant les années 1920 : les avatars de l’homme nouveau au théâtre, par Lucie Kempf
La mission rééducatrice des écrivains prolétariens au sein du vieux théâtre d’Art, par Marie-Christine Autant-Mathieu
Les articles de Gorki dans la formation des jeunes écrivains soviétiques au tournant des années trente, par Serge Rolet
Dans la fabrique de l’imaginaire soviétique : la consultation littéraire du magazine Komounarka Oukraïny (1932-1934), par Éric Aunoble
Des parcours individuels complexes

L’affaire Paùlinka de Ianka Koupala (1882-1942) sous la « loi Nefed » (1916-1999) ou comment produire du texte « soviétique » à partir d’écrits qui ne le sont pas, par Virginie Symaniec
Nikolaï Miaskovski, un des piliers de la musique symphonique soviétique, par Frank Gali
Arkady Alexandrovitch plastov, peintre officiel de la paysannerie russe, et la notion de narodnost′, par Juliette Milbach
L’habillage idéologique dans les écrits de Nikolaï Akimov, par Anatoly Tokmakov
Architectes soviétiques, ou le socialisme à façade presque humaine, par Fabien Bellat

L’« Homme soviétique ». Proclamations et réalités

L’Idéal au service de l’idéologie : le cas de Et l’acier fut trempé de Nikolaï Ostrovski, par Katia Goloubinova-Cennet
Les « nègres » juifs d’Anatoli Sourov, l’anti-cosmopolites, par Cécile Vaissié
Construction et déconstruction par le mensonge. Approche sémiologique du mensonge à partir du carré sémiotique de Greimas « vérité - mensonge - fausseté - secret », par Alexandre Bourmeyster

Nous avons lu

  • Théologie
    Dumitru Stăniloae, Théologie ascétique et mystique de l’Église orthodoxe, par rené Marichal
  • Littérature
    Murielle Lucie Clément, Andreï Makine : l’Ekphrasis dans son œuvre, par Catherine Géry

Bibliographie

Ouvrages en français sur le monde russe parus de juin 2012 à octobre 2012, par Michel Niqueux

- 18 €


- Commande

Cahiers Léon Tolstoï 23
Pouvoir et société chez Tolstoï

publié sous la direction de Michel Aucouturier

Sous le titre de « Pouvoir et société chez Tolstoï », le Cahier Tolstoï no 23 réunit sept études présentées lors de la « Journée Tolstoï » du 19 novembre 2011. Michel AucouTurier cherche dans l’oeuvre littéraire de Tolstoï l’amorce des thèmes sociaux et politiques que développeront ses écrits théoriques des trente dernières années. Boris Czerny, à travers un parallèle entre Anna Karénine et la Nouvelle Héloïse, s’interroge sur le « pouvoir du bonheur » dans son œuvre. Ilya Platov retrace le bref séjour à l’armée de l’écrivain pour définir son rapport à la société militaire de son temps. Alla Polosina étudie l’influence des philosophes français du XVIIIe siècle sur sa conception du pouvoir. Michel Niqueux replace dans le contexte des débats sur les rapports de l’Église et de l’État ses idées sur la tolérance religieuse. Leonid Heller situe l’utopie anarchiste de Tolstoï dans le contexte très large des utopies occultistes, orientalistes (bouddhistes), naturalistes (écologiques) du début du XXe siècle. Luba Jurgenson, enfin, montre comment la critique sociale de l’art de son temps mène Tolstoï à une utopie esthétique qui annonce certaines recherches contemporaines.

- Sommaire


- 10 €

- Commande